A Birmingham les musulmans, qui représentent près d'un quart de la population, dénoncent un débat politique cristallisé autour de l'islam à l'approche des élections législatives britanniques.