Les négociations entre la zone euro et la Grèce sur la suite du programme d'aide dont bénéficie le pays étaient plus que jamais dans l'impasse mardi. Athènes refuse de céder au "chantage psychologique" de ses créanciers, qui lui ont fixé un ultimatum jusqu'à vendredi.