La troïka, qui regroupe la BCE, le FMI et la Commission européenne pourrait bien disparaître. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ne serait pas contre. Mais sa suppression ne devrait pas changer les problèmes de fond de la Grèce, qui devra poursuivre les négocations avec ses créanciers.