Selon l'analyste Daniel Gros, l'ultimatum posé par l'eurogroupe à la Grèce n'a rien d'incontournable. Les deux parties devraient trouver un accord, et le problème ne relève pas tant du fond du programme d'aide que de la forme que veulent lui donner chaque camps.