Blanchiment de capitaux, financement du terrorisme: la CTIF a reçu, l'an dernier, près de 23.000 déclarations de soupçon. Des soupçons qui émanent des douanes, notaires, agents immobiliers, banques et autres professionnels du chiffre.