Bannie par les américains, Huawei a appelé l'Europe à réagir, arguant que sa mésaventure pourrait à l'avenir toucher des entreprises européennes.