Les montagnes qui entourent Iguala, la ville mexicaine où ont disparu 43 étudiants, cachent sous leur épaisse végétation un cimetière clandestin d'où plus de 80 corps ont été exhumés cette année. Une violence largement due selon les autorités mexicaine au cartel local, les guerreros unidos, qui y font régner la terreur.