Il y a eu moins de transactions sur le marché immobilier belge l'an dernier. 2% de moins en moyenne d'après la fédération des notaires qui note des différences selon les provinces. Le ralentissement s'est reflété sur les prix qui évoluent moins vite que le coût de la vie.