Les signes d'une restructuration chez ING se multipliaient ces derniers mois. La banque néérlandaise pointait les taux d'intérêts historiquement bas et la nécessité de plébiciter le numérique.