Le marché automobile iranien, délaissé par les constructeurs étrangers en raison des sanctions liées au dossier du nucléaire, leur ouvre de nouveau ses portes. Mais Téhéran entend désormais imposer ses conditions.