6.670.000.000. C'est, en euros, le déficit commercial du Japon, le mois dernier. Mais certains secteurs commencent à profiter de la dépréciation du yen. C'est le cas de l'industrie automobile japonaise. La Banque du Japon décide de poursuivre sa politique monétaire ultra-accomodante.