Deux ans avant l'échéance et pour une raison qui leur échappe, les électeurs japonais sont convoqués aux urnes par le Premier ministre Shinzo Abe dont le parti voudrait rafler jusqu'aux deux tiers des sièges de députés, fût-ce avec une abstention inédite.