Les négociations entre syndicats et employeurs au Japon ont débouché sur des hausses salariales inférieures à celles des années précédentes. Un coup dur pour le Premier ministre soucieux de relancer la consommation dans le pays.