La croissance du Japon est restée robuste entre avril et juin, à 0,9% par rapport au trimestre précédent, selon des données révisées à la hausse par le gouvernement nippon. Voilà qui conforte la stratégie du premier ministre Shinzo Abe, prêt à décocher une nouvelle flèche de ses "Abenomics" avec les JO 2020.