"Le médicament de la rue tue. La rue tue le médicament", avertit une banderole devant une pharmacie de Yaoundé. Au Cameroun, comme en Côte d'Ivoire, au Kenya, ou encore à Kinshasa, le trafic de faux médicaments est un fléau qui enrichit des contrefacteurs au cynisme sans limite