Boisson typique de la Syrie, l'arak est l'une des victimes collatérales de la guerre, qui a fait fondre le nombre de ses amateurs, bouleversé le marché local et provoqué une explosion des contrefaçons.