Les créanciers d'Athènes se disent prêts à discuter, mais l'Allemagne refuse d'aborder une éventuelle restructuration de la dette grecque, alors qu'Alexis Tsipras en a fait une priorité.