Un an après avoir fait vaciller le gouvernement pakistanais, l'imam Tahir ul-Qadri réunit à nouveau ses partisans, pour prier cette fois. A la fois chef spirituel et opposant politique, cette figure controversée laisse planer le doute sur ses projets de "révolution".