Elles ne sont pas les chanteuses les plus populaires du Japon. Et pourtant, à chaque concert depuis 15 ans, Megumi Ikatsu et Manami Kitao cassent la baraque devant un public on ne peut plus captif: des prisonniers.