Mario Draghi a laissé entendre ce week-end que la BCE était prête à agir sur le front monétaire pour lutter contre un euro trop fort et une inflation trop faible. Des propos plutôt inhabituels pour l'institution qui ne réagit que très rarement sur le niveau des taux de change.