Rachat d'obligations publiques et privées pour 20 milliards d'euros par mois aussi longtemps que nécessaire. Nouvelle vague de prêts géants aux banques à des conditions préférentielles. Des banques qui devront pays plus la BCE si elles veulent faire dormir leur argent dans ses caisses.