Le plan européen de réduction de CO2 vise une baisse des émissions de 55% d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Un objectif qui, selon la Commission, aurait un impact limité sur la croissance européenne. Un objectif qui pourrait profiter surtout aux pays qui, comme la Belgique, sont importateurs d'énergie et moins aux pays qui devront réduire leurs productions de gaz ou de pétrole.