Après la croissance économique décevante du deuxième trimestre, les chiffres provisoires de la Banque nationale pour le troisième trimestre sont beaucoup moins alarmants. Pourtant, l'hémorragie semble loin d'être maîtrisée.