En Birmanie, les discours de haine du moine bouddhiste Wirathu s'insinuent jusqu'en politique : à deux mois des législatives de novembre, des centaines de milliers de musulmans se retrouvent privés de droit de vote et même le parti de Suu Kyi a renoncé à présenter des candidats musulmans.