Après ses critiques du Ceta, Paul Magnette propose une nouvelle façon d'envisager les grands accords commerciaux. C'est tout le sujet de la Déclaration de Namur cosignée par une quarantaine d'universitaires.