Voici les Grecs face à une alternative décisive. S'ils votent "non", le pays pourrait rester dans la zone euro, mais il devrait se financer seul. Si les Grecs votent "oui", peut-être faudra-t-il renégocier un nouveau programme d'aide, moins exigeant mais aussi moins généreux.