La zone euro doit entendre la Grèce, qui veut tourner la page de l'austérité, ce que refuse en l'état ses créanciers avec le risque, faute d'un accord rapide, de précipiter le pays vers la sortie.