La Grèce revenait plaider sa cause ce lundi devant la zone euro, en présentant son plan de réformes, condition sine qua non pour obtenir l'argent dont elle a cruellement besoin, mais qui ne devrait pas être déboursé dans l'immédiat.