Les emplois créés par le gouvernement de Viktor Orban sont au rabais, la paie aussi. Mais les statistiques ont fière allure, et permettent au Premier ministre sortant de vanter ses résultats contre le chômage à l'approche des élections législative du 6 avril prochain.