La pénurie de semi-conducteurs à l'échelle mondiale ralentit l'industrie dans une Europe très dépendante de l'Asie. L'Union européenne ne détient que 10% des parts de marché mondiale des semi-conducteurs, le but c'est de monter à 20%. La stratégie européenne mise beaucoup sur la recherche.