La première ministre britannique Theresa May a reconnu ce vendredi dans un discours très attendu que son pays n'aurait pas tout ce qu'il veut dans les négocations sur la sortie de l'Union européenne, tout en plaidant pour un accord de libre-échange "le plus large possible".