Pèlerins et touristes reviennent généralement de Bethléem avec cierges, chapelets et autres crèches en bois d'olivier. Mais pour ceux qui ont la religion dans la peau, c'est dans l'atelier de Walid Ayash qu'il faut aller.