Si elle n'en fait pas la publicité, Yasmin Rostomyan a toujours refusé de taire ses origines. Cent ans après les massacres de 1915, cette Arménienne s'efforce tant bien que mal de faire vivre la culture et l'histoire de sa famille dans son pays, la Turquie.