Les "salarymen", ces millions de dociles fantassins de la "Japan Inc", envahissent au sortir des bureaux les rues des grandes villes du Japon pour aller boire, rire, parler, se désinhiber "entre collègues", et oublier les heures interminables de boulot.