10 ans après la crise, l'ex directeur du Fonds Monétaire International, Dominique Strauss-Kahn, estime que la montée des populismes en Europe est un pur produit de la mauvaise gestion de la crise. Elle aurait favorisé l'explosion des inégalités.