Le nombre de propriétés viticoles du bordelais acquises par des investisseurs chinois ne cesse de progresser, mais représente à peine 1,5% des quelque 7.000 exploitations, et, fait nouveau, le ralentissement des ventes en Chine touche désormais ces néo-vignerons.