Le Brésil restait quasiment paralysé mardi, au neuvième jour de grève des routiers. Malgré les concessions faites par le Président Temer, les barrages n'ont toujours pas été levés, amplifiant une crise déjà profonde.