Slim Shimi a beau avoir une maîtrise en géographie, il est depuis cinq ans serveur dans un café. Un cas symptomatique des maux de l'économie de la Tunisie, où plus du tiers des chômeurs ont des diplômes universitaires.