Horeca, coiffeurs, esthéticiens, commerçants, de nombreuses entreprises ont eu recours au chômage temporaire de force majeure en raison du Coronavirus. A partir du 1er septembre, les conditions se durcissent. Et selon Acerta, à peine 42% des entreprises pourront encore utiliser le mécanisme, car elles répondent au nouveau critère.