Le cinéma libanais reste hanté par la guerre civile qui a déchiré le pays pendant 15 ans, les réalisateurs ressentant le besoin d'exorciser les démons de ce conflit aux séquelles enracinées dans la société.