Le Conseil National de Sécurité s'était déjà réuni lundi, mais pas à propos du coronavirus. Il y a été décidé de protéger la future infrastructure 5G du pays. Le gouvernement envisage notamment une série de restrictions visant à empêcher une utilisation indésirable de l'infrastructure. Dans le viseur, bien évidemment les chinois Huawei et ZTE, régulièrement critiqués par les Etats-Unis.