Pour 1 euro dépensé par la Wallonie dans son propre plan de relance, seulement 41 cents finiraient réellement à profiter à la région. C'est ce qui ressort de l'étude de l'IWEPS, chargé de contrôler l'impact des 7 virgule 3 milliard d'euros de ce plan. Mais ce faible ratio est finalement cohérant et s'explique d'abords par la taille de la Wallonie.