Le Portugal va injecter 4,4 milliards de dollars pour sauver la banque Espirito Santo, mais pas ses actionnaires qui assumeront les pertes des actifs toxiques placés dans une Bad Bank.