A bout de patience, la Commission européenne a adressé une lettre de mise en demeure au Royaume-Uni. L'éxecutif européen demande aux britanniques de modifier leur projet de loi sur le marché intérieur. Et donne un mois au Royaume-Uni pour répondre.