Vingt ans après le génocide rwandais, qui a causé la mort d'au moins 800 000 personnes, la justice a encore du travail pour poursuivre tous les responsables. Et dans tout le pays, un travail de mémoire a été entrepris.