Des prix plus chers de 30 à 40% par rapport à la France ou aux Pays-Bas... le secteur des boissons non alcoolisées demande une révision de la fiscalité. D'autant plus que la crise Coronavirus a fait chuter le chiffre d'affaire de 20% pendant le confinement.