Approuvé récemment par le conseil des ministres restreint du gouvernement, le système "cash for car" a déjà du plomb dans l'aile. Plusieurs acteurs, dont le spécialiste en service RH Acerta le remettent en question.