La ligne ferroviaire qui entoure Rangoun, la capitale économique birmane, est tellement vétuste que les habitants iraient plus vite à pieds. Mais ce vestige de l'époque colonial est au centre des plans de modernisation des transports de la ville encombrée par la circulation automobile.