D'ici 2030, l'évolution démographique impliquerait en moyenne une perte de 14% du rendement IPP par habitant.