Le Belge est le roi de l'épargne, mais pas de l'investissement. Une étude montre que le Belge attend trop de revenus de ses investissements.